Appui aux pays membres, une mission CPC à Bangui

En réponse à la proposition des programmes coopératifs formulés par la CPC, la République Centrafricaine par l’entremise du Ministre de l’Agriculture a invité la CPC à Bangui en RCA.
C’est ainsi qu’une mission CPC composée de son Secrétaire Exécutif, Monsieur Ibrahima NDOUR et de son  Directeur des Programmes, Docteur Gabriel GBEDJISSOKPA, a séjourné à Bangui du 09 au 16 Juillet 2017 dans le but d’échanger avec les autorités centrafricaines aux fins d’apporter sa contribution au développement des organisations coopératives comme alternative de redressement économique de la RCA.
Pour l’instant, les deux secteurs cibles des appuis de la CPC sont l’agriculture avec la promotion de l’entrepreneuriat coopératif agricole et les logements sociaux coopératifs, domaine dans lequel le pays affiche un déficit énorme. 

Promotion des Coopératives d’habitat en Afrique : La CPC Signe une convention de partenariat avec la Dong Hyung Global Co, Inc. Ltd

Promotion des Coopératives d’habitat en Afrique
La CPC Signe une convention de partenariat avec  La Dong Hyung Global Co, Inc. Ltd


2017 08 01 153412La Dong Hyung Global Co, Inc. Ltd par son Directeur Général, Monsieur Anthony M. Hahn, entreprise coréenne ayant son siège    à Seoul, et La CPC par Monsieur Ibrahima NDOUR, Secrétaire Exécutif, ont signé le Samedi 08 juillet 2017 une convention de partenariat pour le financement et la construction des logements sociaux de masse à travers les coopératives d’habitat et au profit des travailleurs du secteur public et privé dans les pays membres. La Dong Hyung Global Co, Ltd de Séoul Corée est un groupe international  basé en Corée mais disposant de filiales dans plusieurs pays d’Asie qui développe depuis plusieurs années accompagne les actions de promotion des logements sociaux (mise en place des ressources financières longues et réalisation des logements sociaux par des technologies innovantes de production de masse).  Elle finance plusieurs actions de développement en Afrique et dans le monde. Eu égard à l’acuité des problèmes de logements sociaux, conséquences de l’urbanisation rapide et mal gérée des villes africaines, les deux institutions conviennent de travailler en synergie pour apporter une contribution à la résolution des problèmes de logements sociaux décents qui deviennent de plus en plus un enjeu majeur et stratégique du développement des villes en Afrique sub-saharienne.

Coopération Sud-Sud : Le Maroc intensifie son action sur le continent. La CPC invitée comme partenaire aux assises de Fès dans le cadre du 12ème anniversaire de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain(INDH) du Maroc

Les 18 et 19 mai 2017 à Fès au Maroc, plus de 350 personnes 2017 05 24 180432ressortissantes pour la plus part de l’Afrique sub-saharienne ont participé aux travaux marquant la célébration des 12 ans de l’INDH. Cet évènement a connu la participation de diverses personnalités nationales et internationales, dont des Ministres et acteurs du mouvement coopératif et de l’Economie Sociale et Solidaire développement économique et des 20 pays membres de la CPC, sous son instigation et sur invitation de l’INDH.


En s’inscrivant dans la lignée du développement de la coopération Sud-Sud, entre les pays Africains prônée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et afin d’insuffler une nouvelle dynamique économique, sociale et cultuelle, comme cela a été souligné dans le discours de Sa Majesté le Roi prononcé à Abidjan, en 2014 : «…..Plus qu’une aide humanitaire, c’est de projets de développement humain et social, dont notre continent a le plus besoin. L’Afrique doit regarder son avenir avec détermination et optimisme, en exploitant tous ses atouts et ses potentialités….». Cette manifestation avait pour thème : « Échanges des bonnes pratiques au service du Développement Humain durable en Afrique ».


Cette manifestation s’inscrit dans le renforcement de la coopération dans le cadre du développement humain durable entre les pays africains et ceci par le partage des modèles adoptés et l’échange des expériences et les bonnes pratiques. Cette rencontre a offert l’opportunuité de jeter les bases d’une feuille de route afin de dégager des pistes d’amélioration du développement humain durable dans les différents pays africains.

Les travaux ont comporté, dans un premier temps, une séance inaugurale solennelle pour la présentation des allocutions des officiels et dans un deuxième temps, la tenue de 3 panels, en séance plénière, animés par des intervenants représentant les différents pays invités et du pays hôte.
L’objectif recherché à travers le débat et les échanges constructifs, etait de sortir avec des propositions opérationnelles et adaptées au contexte africain.

Ainsi, les thématiques abordées pour ces panels se présentent comme suit :

1. Approches pour la lutte contre la pauvreté :

✓ Comment identifier les besoins prioritaires des populations pauvres ou précaires?
✓ A travers quels indicateurs cibler les populations pauvres ou précaires ?
✓ Comment assurer l’implication des populations démunies dans le choix des projets socio-économiques de développement ?
✓ Quelles sont les dispositions à prendre en considération pour faciliter l’insertion socio-économique des personnes pauvres ou précaires ?

2. Une bonne gouvernance au service de développement humain :
   Quels sont les principes et les outils d’une bonne gouvernance ?
✓ Quelles sont les conditions favorables à une bonne gouvernance ?
✓ Le développement humain et la transformation sociale ne nécessitent-ils pas une approche globale basée sur la bonne gouvernance ?

3. Les jeunes, forces de développement humain :
✓ Quels sont les besoins et les attentes des jeunes d’une manière générale ?
✓ Comment impliquer les jeunes dans le processus de développement de leurs pays ?
✓ Quels dispositifs mettre en place pour permettre une bonne intégration des jeunes dans le tissu socio-économique de leurs pays ?


La rencontre à également traité des questions d’intégration des jeunes à travers le sport.

En marge de cette rencontre, Il a été organisé du 18 au 21 Mai 2017 à Rabat, un village africain des activités génératrices de revenus (AGR) sous le thème : « Richesses africaines au service du développement humain durable». Ce village connaitra la participation des porteurs d’AGR initiées dans le cadre de l’INDH, en plus d’une vingtaine de projets similaires des pays africains participants. Ce village représente un moment fort pour valoriser le savoir-faire des exposants et la richesse du continent africain.
À la fin des assises, la RCA a été désignée pour abriter l’évènement l’année prochaine.

La CPC signe une convention de partenariat avec la Cameroon Women Business Leaders Association (CWBLA)

Entrepreneuriat coopératif féminin : Une alternative de développement économique et social

La CPC signe une convention de partenariat avec la Cameroon Women Business Leaders Association (CWBLA)

Dans le cadre de sa mission, la CPC a été sollicitée par la Cameroon Women Business Leaders Association (CWBLA), l’une des plus grande association des femmes chefs d’entreprises du Cameroun pour l’accompagner dans la réalisation de ses objectifs de développement à savoir œuvrer à la promotion de l’entrepreneuriat féminin au Cameroun comme alternative de promotion de leadership féminin pour un développement social durable et pour l’émergence du pays. Après plusieurs échanges et des rencontres, les deux institutions ont signé une convention de partenariat Jeudi 27 avril 2017 à l’immeuble siège de l’association au quartier Akwa de Douala.Bon

La Cameroon Women Business Leaders Association (CWBLA) est une association patronale féminine de droit camerounais et apolitique crée en1990. Sa mission générale s’inscrit dans la promotion des activités des femmes entrepreneures en contribuant à l’autonomisation des jeunes femmes à travers l’entrepreneuriat, dans le but de les rendre plus aptes à contribuer efficacement au développement du Cameroun.

L’association s’est donnée comme principaux axes dans son plan d’action 2017 :

  • Contribuer au rayonnement de la femme entrepreneure camerounaise en:
    Créant de nouveaux partenariats ;
    Rendant la femme entrepreneure camerounaise de plus en plus visible et audible ;
    Dynamisant et faisant connaitre l’association.
  • Contribuer à l’autonomisation de la femme et des jeunes filles entreprenantes en:
    Lançant un incubateur : sélectionner, financer et accompagner les jeunes diplômées porteuses de projets ;
    Renforçant régulièrement les capacités entrepreneuriales et managériales des jeunes lauréates et d’autres femmes.

Dans le cadre de cette convention signée, pour trois ans renouvelable et en présence des autorités administratives et diplomatiques partenaires des deux institutions, la CPC apportera son expertise d’une part dans l’organisation des groupes cibles de la CWBLA (les étudiantes et jeunes diplômées porteuse d’idées et de projets dans l’entrepreneuriat de groupe) en de véritables entreprises coopératives dans divers domaines de développement économique et social (agriculture, élevage, pêche et pisciculture, transformation agro-alimentaire, artisanat, services etc.) pour permettre aux bénéficiaires non seulement de s’auto-employer mais aussi de créer de l’emploi décent pour d’autres acteurs) et d’autre part pour les formations en gestion et l’appui-conseil au développement des coopératives créées dans cette dynamique.

La CPC intensifie la promotion des sociétés coopératives de santé en Afrique Séminaire International sur les coopératives de santé en Afrique, Déclaration de Yaoundé

Sant

Les 30 et 31 mai 2016 à Yaoundé en République du Cameroun, s’est tenu pour la première fois en terre africaine un séminaire international regroupant des participants venus de dix pays d’Afrique, d’Amérique et d’Europe, sous l’égide de la Conférence Panafricaine Coopérative (CPC) en partenariat avec le Sommet International des Coopératives du Québec et le Centre International de Recherche, de l’Enseignement et des Soins (CIRES). Le thème de ce séminaire est formulé comme suit « Promotion des coopératives de santé en Afrique : une stratégie pour atteindre le 3ième objectif de l’agenda du développement durable en Afrique. La problématique centrale ayant justifié l’organisation de ce séminaire est qu’en dépit de la volonté et de l’engagement des gouvernements d’Afrique en vue de l’accès de toutes les couches de la populations aux soins de santé de qualité, force est de constater que le fossé entre la volonté manifeste des gouvernants et les réalités du terrain est grand et s’agrandit de plus en plus. Dans un tel contexte, comment le modèle coopératif peut-ils contribuer à combler ce fossé dans le domaine de l’offre de service de qualité en santé et en protection sociale principalement en faveur des groupes vulnérables des populations des villes et campagnes africaines, dans contexte marqué par le chômage et le sous-emploi des jeunes diplômés sortant des universités et écoles de formation médicale et paramédicale ». Pour mieux analyser une telle problématique, les participants au séminaire ont bénéficié des expériences d’éminents experts qui ont apporté des informations de haute qualité sur les expériences dans certains pays d’Afrique ainsi que de l’Europe, et de l’Amérique sur les modèles coopératifs et mutualistes dans le domaine de la santé. Dans un contexte de poussée démographique et d’urbanisation rapide en Afrique, les défis de la couverture de santé universelle sont d’une extrême urgence et tous les responsables en charge de la santé dans les pays africains doivent se convaincre de la nécessité de la définition de nouvelles approches de promotion de l’accès aux soins de santé de qualité. Les participants au séminaire, s’appuyant sur :

1. les nombreux cas novateurs rapportés dans les études Better Health and Social Care : How are Co-ops&Mutuals Boosting Innovotion &Access World winde et Global mapping of the provision of care through cooperatives ;

2. des expériences s’inspirant du Bénin dans le cadre des modèles coopératifs et du Rwanda pour ce qui concerne les modèles mutualistes ;

3. des collaborations nord-sud porteuses comme l’intervention de l’organisation américaine Health Partner dans l’appui à la mise en place de coopératives de santé en Ouganda ou encore l’action de Collaboration Santé Internationale du Canada dans l’allocation d’équipements médicaux et de médicaments, Ont unanimement retenu que les modèles coopératifs et mutualistes ainsi présentés peuvent apporter une contribution appréciable à l’amélioration des indicateurs sanitaires dans chacun de nos différents pays et principalement à la couverture santé universelle telle que prévue par la communauté internationale dans le cadre de l’agenda de développement durable, Et enfin :

- Ils invitent en conséquence tous les responsables à divers niveaux de la santé publique dans nos pays à s’inscrire dans le développement des modèles coopératifs notamment les cliniques coopératives de santé et les modèles mutualistes pour accroitre sensiblement l’offre et l’utilisation des services de santé de qualité à toutes les couches de la population de leur pays ;

- Ils sollicitent l’appui de l’Organisation Mondiale de la Santé à concevoir et mettre en œuvre un programme panafricain de promotion des coopératives de santé dont un volet prioritaire serait la réalisation d’une analyse situationnelle dans tous les pays d’Afrique pour cerner les réalités spécifiques afin d’en tenir compte pour la suite dudit programme. Un tel programme pourrait être conçu et mise en œuvre en partenariat avec la CPC, institution panafricaine de promotion coopérative couvrant une vingtaine de pays ;

- Ils sollicitent le soutien du sommet international des coopératives dans le cadre du plaidoyer en vue du développement des modèles coopératifs et mutualistes en Afrique ;

- Les participants au séminaire invitent enfin tous les partenaires préoccupés par la couverture de santé universelle en Afrique à conjuguer leurs efforts avec ceux des Etats et des coopérateurs pour un développement conséquent des coopératives de santé en Afrique.

                                                                                                                                                            Fait à Yaoundé le 31 mai 2016

                                                                                                                                                                     Les participants