Faure Gnassingbé, parrain de la Conférence Coopérative Panafricaine

« Je remercie et je dis  toute ma gratitude au Conseil d'Administration pour l'honneur qu'il me fait en me désignant, jeune Chef d'Etat,  comme parrain du mouvement coopératif panafricain. Messieurs les membres du Conseil d'Administration, je veux vous assurer que j'éprouve un sentiment de fierté et que je mesure l'honneur redoutable que vous me faites ». C'est par ces mots que le Président de la République a dit « oui » à la Conférence Coopérative Panafricaine (CPC). 

Faure Gnassingbé accepte ainsi de devenir le parrain de la CPC née en 1967 et présente aujourd’hui dans 20 pays africains ; et d'ajouter à l'endroit des responsables de la CPC : « Je ne  ménagerai aucun effort pour qu'ensemble, nous puissions atteindre les objectifs que vous avez affichés, car j'attache une importance particulière au développement du mouvement coopératif, parce que je suis convaincu que c'est là, une des voies pour l'Afrique de régler une bonne partie de ses problèmes ». Le Chef de l'Etat togolais avait alors personnellement présidé, le 11 décembre 2008 au Palais des Congrès de Lomé,  la cérémonie marquant le lancement officiel du Mouvement coopératif au Togo, concluant son discours de circonstance par une proposition pour le moins importante : celle de retenir le 11 décembre comme « Journée de la coopérative au Togo ». 

La CPC qui ambitionne de couvrir tous les pays de l'Union Africaine, a déjà décerné à Faure Gnassingbé le Certificat de Membre d'Honneur le 1er octobre 2008.