Partenariat CPC-FAO Afrique centrale:La CPC sur le terrain dans le cadre du projet de renforcement des capacités de la Plateforme des Organisations Paysannes de l’Afrique Centrale (PROPAC)

Le bureau sous-régional de l’Afrique centrale de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a confié à la CPC, dans le cadre du Projet de Coopération Technique (CTP) n°3502 « Renforcement des capacités de la Plateforme des Organisations Paysannes de l’Afrique Centrale (PROPAC) », la réalisation de certaines activités dudit projet. Au compte des activités de ce projet à réaliser par la CPC figurent ce qui suit :

  •  Assister le coordinateur national du projet dans la coordination et le suivi des activités du projet ; 
  • Réaliser l’audit institutionnel et organisationnel de la PROPAC et proposer les orientations pour l’élaboration du manuel de procédures ; 
  • Sur la base des résultats du diagnostic institutionnel des organisations paysannes (OP) de la Guinée Equatoriale, du Gabon et du Burundi et des orientations sur les principaux aspects de la gouvernance et de la mise en cohérence des textes nationaux, procéder à la formulation des orientations régionales sur les principaux aspects de la gouvernance ;
  • Définir les grands axes de réflexions (thèmes) qui devront être abordés lors de l’atelier régional et de concevoir les modules et outils pédagogiques appropriés pour la réalisation des programmes de formation proposés ;
  • Définir en collaboration avec les consultants nationaux de la PROPAC, les axes de réflexion (thème) qui devront être abordés lors des ateliers nationaux ;
  • Assister la PROPAC dans l’élaboration de son plan stratégique et du business plan associé à sa mise en œuvre ;
  • Apporter l’appui nécessaire à l’organisation et la tenue de l’atelier de formation régional.

Outre l’assistance à la coordination nationale pour le suivi des activités qui est une activité permanente, la réalisation de l’audit institutionnel et organisationnel apparaît comme un préalable à la mise en œuvre des autres activités. Pour ce faire, la CPC a positionné cette activité au premier plan dans le chronogramme de mise en œuvre de son assistance technique.

L’objectif poursuivi dans le cadre de cette mission d’audit institutionnel et organisationnel de la PROPAC est de mettre en exergue les forces et faiblesses du système de management de la PROPAC en lien avec les opportunités et les menaces de son environnement institutionnel afin de dégager les principales orientations en vue de l’amélioration de ses performances.


Pour atteindre cet objectif, une mission de la CPC composée de Messieurs Ibrahima NDOUR, Secrétaire Exécutif de la CPC, Gabriel GBEDJISSOKPA, Directeur des Programmes et Projets à la CPC et Lazare Djoumbi SEME, Consultant de la CPC a effectué au cours de la période d’Août à Septembre 2015, une mission à la PROPAC et au niveau de quatre de ses Concertations Nationales des Organisations Paysannes, notamment celles du Cameroun, du Burundi, du Gabon et de la Guinée. La mission a échangé avec la gouvernance de ces organisations, le personnel technique (là où il en existe), certaines OP de base et de leurs partenaires institutionnels et techniques. Ces échanges ainsi que l’exploitation de la documentation disponible ont permis à la mission de cerner les principaux atouts et les contraintes au développement de ces institutions.


Au terme de cette première étape d’audit organisationnel et institutionnel de la PROPAC, la CPC a remercié très sincèrement la FAO pour lui avoir donné l’opportunité de comprendre l’organisation de ce réseau et son fonctionnement, ses rapports avec les différentes institutions partenaires ou partenaires potentiels.

La PROPAC depuis sa création en 2005 a beaucoup acquis en expérience et en maturité. Elle pourrait devenir une institution communautaire incontournable en matière d’appui au développement des coopératives agricoles à la base. Pour avoir plus d’efficacité sur le terrain, la PROPAC et ses structures nationales membres doivent se prêter à la restructuration de plusieurs de leurs fonctions et se doter de stratégies appropriées susceptibles de renforcer l’impact de leurs interventions.

Les prochains appuis du prestataire devront s’inscrire dans la prise en compte des éléments clés du diagnostic réalisé et viseront la mise en œuvre des principales orientations proposées à l’issue de cette mission.