Juguler la crise du logement social au Cameroun : La CPC propose la piste des coopératives d’habitat au Ministère en charge du dossier

Le mercredi 12 novembre 2013, s’est tenue dans les bureaux de la Direction de l’Habitat Social et de la Promotion Immobilière (DHSPI) du Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain du Cameroun,  une séance de travail relative à l’étude des opportunités de création de coopératives d’habitat au Cameroun avec la création de Zones     d’Aménagement Concerté (ZAC). Ce projet de création des coopératives d’habitat est proposé par la CPC dont sa délégation pour la circonstance était composée d’Ibrahim NDOUR, Secrétaire Exécutif et Gabriel GBEDJISSOKPA, Directeur des Programmes et des Projets.

Etaient présents du côté de la Direction de l’Habitat Social et de la Promotion Immobilière : Jean Pierre NAMENE, Chef de Service des Programmes Publics et de l’Habitat Social mais également Colette ABANG, cadre à la Direction de l’Habitat Social, rapporteur de  séance.

Le seul point inscrit à l’ordre du jour de cette séance porte sur le partage avec la Direction chargée de l’Habitat Social du projet de création des coopératives d’habitat au Cameroun. 

La CPC, après un bref détour sur sa présentation  a dévoilé son projet auprès de ses hôtes du ministère. Cet exposé fait sur la base d’un document de synthèse Powerpoint était articulé autour de plusieurs préoccupations notamment la définition de la coopérative d’habitat, le groupe-cible, comment créer la coopérative comment fonctionne-t-elle ? Les responsabilités du gouvernement dans la mise en place et le développement des coopératives d’habitat, les responsabilités des sociétés concessionnaires dans la viabilisation du domaine d’implantation des coopératives d’habitat, les organes de gestion du programme, la réalisation des logements  coopératifs, l’impact du programme sur l’urbanisation. 

A la suite de l’exposé du programme par la CPC et des éléments de réponses apportés aux préoccupations évoquées par les représentants de la DHSPI, le Service de la Gestion des Programmes Publics et de l’Habitat Social a trouvé cette proposition intéressante pour juguler la crise de logement social que connait notre pays depuis quelques années et qui est plus accentuée dans les grands centres urbains du Cameroun. Après avoir formulé une liste de souhaits, le SGPPHS a décidé de transmettre le projet à sa hiérarchie en plus du compte-rendu qui ne manquera pas d’arguments.